1.02 Puisque l’aube grandit (Since dawn is spreading)

Puisque l’aube grandit, puisque voici l’aurore,
Puisque, après m’avoir fui longtemps, l’espoir veut bien
Revoler devers moi qui l’appelle et l’implore,
Puisque tout ce bonheur veut bien être le mien,

Je veux, guidé par vous, beaux yeux aux flammes douces,
Par toi conduit, ô main où tremblera ma main,
Marcher droit, que ce soit par des sentiers de mousses
Ou que rocs et cailloux encombrent le chemin;

Et comme, pour bercer les lenteurs de la route,
Je chanterai des airs ingénus, je me dis
Qu’elle m’écoutera sans déplaisir sans doute;
Et vraiment je ne veux pas d’autre Paradis.

Paul Verlaine

Since the dawn is spreading and sunrise is here,
Since, after evading me for so long, hope
Is ready to fly back to me as I call for it and implore it,
Since all this happiness is willing to be mine,

I want – guided by you, beautiful eyes alight with sweet flames,
Led by you, o hand in which will tremble my own hand –
To walk straight ahead, whether it be on mossy paths
Or whether rocks and pebbles encumber the path.

And as, to while away the drudgery of the route
I shall sing simple airs, I tell myself
That she will listen without displeasure, no doubt,
And really, I don’t want any other paradise.